8 mars

Journée Internationale (du droit) des Femmes

à 15h40 tout s’arrête !Sans titre 6

Les syndicats ou associations françaises qui appellent à se joindre au mouvement ont choisi des actions modestes pour être mieux suivies : arrêter le travail à 15h40, c’est à dire au moment où les femmes, à travail et compétences égales ne sont plus payées chaque jour, tandis que leurs compagnons le sont jusqu’à 18 h ; manifester à Paris le 8 mars, à 17h30, à la sortie des bureaux, sur les grands boulevards là où se trouvent les grands magasins si réputés de Paris, employeurs d’une main d’oeuvre presque exclusivement féminine ; faire circuler sur les réseaux sociaux toutes ces revendications d’égalité sous le mot dièse #8mars15h40.
http://information.tv5monde.com/terriennes/8-mars-2017-une-journee-internationale-des-droits-des-femmes-sous-le-signe-de-l-appel-la
http://8mars15h40.fr/

Travail égal, salaire égal ?
NON ! «A même emploi, même temps de travail,
l’écart de salaire entre hommes et femmes est d’environ 9 %»

explique Séverine Lemière, maîtresse de conférences à l’université Paris-Descartes. « En Sans titre 2moyenne, en France, l’écart salarial annuel net est de 25,7 % (données 2012, Dares). Cet écart prend en effet en compte toutes les inégalités professionnelles : le temps partiel (1 femme sur 3 travaillant est à temps partiel), et la ségrégation professionnelle (le fait que femmes et hommes n’occupent pas les mêmes emplois, ne travaillent pas dans les mêmes secteurs…). Les économistes mesurent l’écart de salaire «toutes choses égales par ailleurs», c’est-à-dire en regardant à même temps de travail, même secteur, même taille d’entreprise, même catégorie professionnelle… L’écart de salaire restant est alors d’environ 9 % !
lemonde.fr

Pour mieux comprendre : quelques repères chronologiques des lois de 1900 à 2011
http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/enjeux-europeens-et-internationaux/reperes-chronologiques-33/

Les femmes ont le pouvoir !

Sans titre 5

Irene Morlino, cheffe de projet des Glorieuses : on sait bien que, en France, les femmes représentent plus de la moitié de la population et nous voulons faire prendre conscience aux femmes qu’elles ont le pouvoir de choisir leur candidat. La plateforme a donc deux buts : un de court terme et un autre de long. Le premier est de rendre les femmes et les hommes plus conscients de ce que les candidats ont fait pendant leurs mandats précédents et de ce qu’il y a pour les femmes dans leurs programmes. Le deuxième, c’est de commencer à créer un groupe d’intérêt porter l’attention sur les droits des femmes. C’est une plateforme non partisane, on veut rendre plus conscients les citoyens français sur ces questions, leur permettant de décider en connaissance de cause. La plateforme se développe autour de trois activités. La première (« s’informer ») est de se rendre Sans titre 3plus conscients en allant lire tout ce que les candidats aux présidentielle on fait pendant leurs mandats précédents et qu’est-ce qu’il y a dans leurs programmes à l’égard des femmes. La deuxième (« s’inspirer »), c’est de se rendre compte de ce que les autres pays ont fait et font pour les droits des femmes. La troisième permet de s’engager directement, en donnant la possibilité aux gens qui les souhaite, à travers les réseaux sociaux, d’exprimer ses propres idées et de proposer ce qu’elles ou ils souhaitent.
http://www.rtl.fr/girls/identites/les-femmes-ont-le-pouvoir-la-nouvelle-plateforme-politique-pour-vous-engager-7787484931
http://lesglorieuses.fr/

Pourquoi le 8 mars ?

Sans titre 4Plusieurs dates comme celle du 19 mars ont été réquisitionnées pour l’occasion avant que l’ONU ne se fixe sur celle du 8 mars. Une date qui fait la part belle au socialisme. Les Nations-unies se sont en effet basées sur une initiative communiste. Le 8 mars était une date qui revenait déjà à l’époque régulièrement puisqu’elle avait notamment été initiée par Lénine comme « journée internationale des femmes » en 1921, en souvenir de la première manifestation qui avait lancé la Révolution russe en 1917. Les ouvrières russes avaient en effet choisi cette année-là de faire grève le dernier dimanche de février pour réclamer « du pain et la paix ». Une date qui nous porte au 23 février, mais dans le calendrier julien cependant. Dans notre calendrier grégorien, cela nous reporte donc au 8 mars.
http://www.linternaute.com/actualite/societe/1272879-journee-mondiale-de-la-femme-polemique-sur-le-nom-de-l-evenement/
Pour en savoir plus sur cette polémique  : http://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/697/reader/reader.html?t=1457372516540#!preferred/1/package/697/pub/698/page/6


Pas trouvé d’annonce de manif des femmes sur La Roche sur Yon aujourd’hui…

Les commentaires sont fermés.