A propos des 80 km/h

Le point de vue d’un de nos lecteurs à porter au débat …

(Communiqué par M.L. , lecteur de VAM)

« Il y a la gravité réduite en cas d’accident, d’accord. J’y vois surtout :
– la baisse de la pollution.
– la réduction des nuisances sonores. Plus de tranquilité pour des citoyens moins nerveux. C’est aussi la revalorisation des surfaces habitables situées à proximité des routes, moins de nécessité d’aller construire loin de ces axes et de gaspiller de nouveaux espaces naturels.
– le moindre intérêt de la voiture. Et ça personne ne l’annonce alors que ça me parait excellent.

Une vitesse réduite ce sont des trajets plus longs. A partir de là on s’intéresse davantage aux autres moyens de transports : autocar, train, covoiturage. Même s’ils restent parfois plus onéreux, on peut privilégier le confort d’un trajet sans conduite ou leur plus grande rapidité.
Sur la même idée c’est aussi une baisse de productivité pour le transport. Donc davantage de postes pour réaliser les tournées, des coûts qui augmentent avec une possible répercussion positive sur l’emploi local. A l’échelle d’un pays, je pense que cela peut aider le commerce local des bourgs à se maintenir en activité ou à se créer. Pour cela il faut justement réduire l’intérêt de la vente par correspondance et du déplacement vers les grandes surfaces en ville qui, par rapport aux volumes de ventes réalisées, créent peu d’emploi. La limitation de la vitesse peut y contribuer.

Concrètement chez nous : si ça devient encore plus long d’aller à la grande surface la plus proche, les habitants iront plus souvent au magasin de proximité. Ce sera peut-être seulement une ou deux fois de plus dans l’année mais pour tout un canton ça fait déjà des ventes en plus pour le commerce local.

Hélas il sera impossible de constater et de mesurer les conséquences positives indirectes de cette nouvelle limitation. »

NDLR : les noms des magasins du communiqué original ont été remplacés.

Les commentaires sont fermés.