Chantons un peu !

Des hirondelles devant ma fenêtre de cuisine ce matin….
Une belle partition de musique…. Alors chantons avec Trenet :
« Y’a d’la joie bonjour, bonjour les hirondelles
Y’a d’la joie dans le ciel par dessus les toits
Y’a d’la joie et du soleil dans les ruelles
Y’a d’la joie partout, y’a d’la joie »
(Paroles et Musique: Charles Trenet © – 1937)

Hirondelles et martinets
Les distinguer n’est certainement pas si facile… Il y a en France trois espèces de martinets et cinq d’hirondelles.
En vol les martinets sont extrêmement rapides, poussent souvent des cris stridents et ont des ailes effilées et pointues en forme de lame de faux.
Les hirondelles ont des ailes en forme de triangle plus ou moins allongé, certaines ont une silhouette beaucoup plus compacte que celle d’une martinet, toujours élancé. A contrejour on voit quelque chose qui ressemble à cette photo :Si les oiseaux sont posés c’est enfantin : ce sont forcément des hirondelles. Les martinets ne se posent jamais, même pour dormir ou s’accoupler sauf pour couver ou nourrir, mais comme les nids sont invisibles (sous des tuiles par exemple) … tout au plus pourrez-vous les voir s’agripper sur un mur vertical sous le nid pendant quelques secondes.

Les martinets : vous pourrez rencontrer trois espèces.
Le Martinet noir est de très loin le plus commun. C’est celui que vous voyez sans doute quotidiennement du printemps jusqu’au milieu de l’été dans le ciel des villes et des villages, souvent le matin et le soir volant en tous sens en poussant des cris (sifflements) très aigus. Ils sont entièrement sombres avec un peu de blanc au menton (et au front selon leur âge), mais les reflets du soleil sur les plumes rigides peuvent donner une illusion de parties claires, en particulier sous les ailes.
Le Martinet pâle est beaucoup plus rare. Il niche dans des falaises naturelles et aussi dans des bâtiments, y compris au cœur de grandes villes et on le voit essentiellement sur le littoral méditerranéen. Le distinguer du Martinet noir est très difficile.
Le dernier martinet que vous pourrez voir est le Martinet à ventre blanc (autrefois appelé Martinet alpin). Il est plus grand que les deux autres et comme son nom l’indique facile à reconnaître grâce à son ventre.

 

Hirondelles
De nos jours la plus commune est certainement l‘Hirondelle rustique. Si elle est posée sur un fil par exemple, vous pourrez observer sa face rouge brique au-dessus d’un collier sombre, contrastant fortement avec le ventre clair. En vol, la queue fourchue est typique.
L’Hirondelle de fenêtre se raréfie de plus en plus. On la rencontre dans les villages, à la campagne et aussi dans des parois rocheuses. Elle est plus petite, entièrement blanche vue de dessous (mais attention au contrejour), et la silhouette est assez ramassée.
L’Hirondelle de rocher peut aussi se voir dans des villages (souvent en montagne), des parois rocheuses et vient chasser parfois au-dessus de cours d’eau ou d’étangs. Elle est d’une couleur assez terne, avec un ventre assez clair, et sans élément distinctif vraiment visible, sauf en ce qui concerne la queue présentant des tâches claires rappelant celles de l’Hirondelle rustique.
L’Hirondelle de rivage est la plus petite des cinq. Elle vit en colonies et on ne la rencontre presque jamais isolée. Vue de dessus elle est d’un gris-brun uniforme, vue de dessous elle est facile à confondre avec l’Hirondelle de fenêtre.

Les filets de l’Hirondelle rousseline, rare, peuvent entraîner une confusion avec l’Hirondelle rustique. Mais si on regarde mieux on voit que la queue est entièrement noire (alors que chez l’H.rustique seuls les filets sont noirs), et semble « collée » au reste du corps. La teinte générale est plus rousse, mais en vol ceci n’est pas très évident. Vue de dessus elle a un croupion clair (rappelant celui de l’Hirondelle de fenêtre) et la nuque est couleur rouille.
http://oiseaux13.canalblog.com
Sur les fils ou dans le ciel, maintenant vous saurez les reconnaître !

Les commentaires sont fermés.